Comment je rêve Serre Chevalier Vallée Briançon en 2030 ?

DCIM100MEDIADJI_0009.JPG

Aujourd’hui, nous voulons définir une ambition pour Serre Chevalier Vallée Briançon à l’horizon 2030. Pour cela, nous avons besoin de votre avis afin que cette ambition soit partagée et commune.

Cette ambition, ce rêve doit nous pousser vers le haut et doit fixer le cap à suivre dans la mise en place des actions futures.


Pour y contribuer, nous vous proposons de réfléchir et de répondre aux cinq questions suivantes :

  1. Quel(le) rêve/ambition avez-vous pour Serre Chevalier Vallée Briançon à horizon 2030 ?
  2. Quelles sont les valeurs sur lesquelles s’appuyer pour réaliser ce(te) rêve/ambition ? (Citez 3 à 6 valeurs)
  3. Qu’est-ce qui, selon vous, différencie Serre Chevalier Vallée Briançon des autres destinations de montagne ?
  4. Quels sont nos atouts à mettre en avant?
  5. Quel enrichissement la clientèle touristique peut-elle attendre de Serre Chevalier Vallée Briançon ?

Nous attendons vos réponses en commentaires, soyez ambitieux et rêvez !

Si vous souhaitez vous référer au diagnostic d’attractivité territoriale qui a été établi, en voici sa synthèse.

19 Comments

  1. Jacques DEMOULIN

    10 mai 2016 at 7 h 08 min

    Vallée au Sommet : Réponses de Jacques DEMOULIN

    Quel(le) rêve/ambition avez-vous pour Serre Chevalier Vallée Briançon à horizon 2030 ?

     Rêves : – 1 Arrêter la consommation d’espace et le mitage car la Vallée a déjà trop souffert d’une urbanisation désordonnée et chaotique (résultat d’un découpage administratif inadapté). Cela ne doit pas conduire à l’arrêt de toute construction mais à densifier les zones déjà urbanisées ou à réhabiliter les secteurs les plus anciens…
    – 2 Mettre en valeur les sites et paysages (Granon, Chemin du Roy, Galibier, Lautaret..), le patrimoine bâti militaire (fortifications de Briançon et forts d’altitude) ou religieux (trop d’églises ou de chapelles jamais ouvertes et sans visite). Poursuivre le développement du tourisme « scientifique » (Maison de la Géologie, Galerie de l’Alpe…).
    – 3 Que soit établi un plan global d’équipement et d’aménagements cohérent, accepté par tous et établi en concertation étroite avec les socio professionnels et les associations de résidents. Ce plan pluri annuel couvrirait à la fois le domaine skiable (remplacement des appareils les plus vétustes, pistes…) mais aussi les équipements collectifs de la Vallée (golf, plan d’eau, grande salle polyvalente ou de sports,…) ainsi les aménagements indispensables des fronts de neige et des sites d’altitude les plus fréquentés.
    – 4 Que le fond de la Vallée ne se transforme pas en parking (en raison de l’usage croissant de la voiture individuelle comme moyen d’accès à notre vallée).
    – 5 Une vallée plus propre (nettoyage des villages, suppression de certains panneaux publicitaires, élimination des dépôts de tout genre visibles) et des sentiers et chemins entretenus.

    Ambitions : La station est suffisamment importante pour simultanément :
    – monter en gamme notamment pour développer la clientèle européenne riche,
    – garder un caractère familial (qui de toutes façons restera en raison du très grand nombre de résidences secondaires),
    – faciliter le développement de la clientèle « jeune » (car ce sont les familles d’après demain),
    – devenir une référence comme station des quatre saisons… ;

     
    Quelles sont les valeurs sur lesquelles s’appuyer pour réaliser ce(te) rêve/ambition ?

     Principales valeurs d’appui :
    – Multitude et diversité des activités
    – Sport
    – Bien être
    – Histoire
    – Authenticité

    Qu’est-ce qui, selon vous, différencie Serre Chevalier Vallée Briançon des autres destinations de montagne ?

    La première différence est le grand nombre de résidences secondaires (comme dans la vallée de Chamonix) qui résulte de l’ancienneté de la fréquentation estivale (à la différence des autres stations dans lesquels cette fréquentation est récente – 20 à 30 ans).
    La deuxième est la formidable position géographique du Briançonnais situé sur l’axe Grenoble – Turin entre, au Nord, la Maurienne pour laquelle la réalisation du tunnel de base du Lyon – Turin va accélérer le développement économique et, au Sud, le Val de Durance… Position exceptionnelle en théorie, car les infrastructures de transports dans ces quatre directions laissent toutes à désirer quand elles ne sont pas coupées… L’amélioration de celles-ci permettrait pourtant au Briançonnais de devenir un carrefour, véritable plaque tournante, entre ces quatre pôles en fort développement économique.
    Il est urgent et facile de remédier à cette situation notamment, par un désenclavement ferroviaire qui outre les avantages offerts par les ouvertures vers le Nord et l’Italie et leur réseau TGV, garantirait de la pérennité de la ligne du Val de Durance.
    En tout état de cause, quels que soient les axes de développement économique souhaités, il est illusoire d’imaginer qu’ils puissent être suivis sans amélioration notable de l’accessibilité au Briançonnais.
    Le projet de SCOT qui met, à juste titre, l’accent sur la protection de l’environnement, la nécessité d’améliorer les transports et les économies d’énergie ne peut ignorer la réalisation de la liaison ferroviaire Briançon – Bardonnèche qui est le seul moyen de poursuivre simultanément ces trois objectifs tout en améliorant l’accessibilité du Briançonnais et en ralentissant la progression de l’usage de l’automobile.
    La troisième est la diversité des activités possibles qui doit être encore améliorée par quelques équipements manquants (golf, plan d’eau, grande salle polyvalente ou de sports,…).
    La quatrième est le climat méridional et la régularité de l’enneigement (même les deux dernières années ont laissé à désirer).

    Sans oublier, en négatif, le découpage communal aujourd’hui aberrant et la multiplicité de syndicats de communes inefficaces et incompréhensibles aux citoyens….

    Quels sont nos atouts à mettre en avant ?
     
    1 – Son patrimoine bâti et ses paysages (sites, espaces naturels, forets, glaciers…).
    2 – La diversités des activités possibles déjà aujourd’hui.
    3 – Son domaine skiable et la proximité de la haute montagne (massif des Ecrins)
    4 – La proximité de Turin (et de son aéroport) et de l’Italie.

    Quel enrichissement la clientèle touristique peut-elle attendre de Serre Chevalier Vallée Briançon ?

    – Une station permettant de nombreuses activités (sportives, culturelles, artistiques…) ne peut que donner un bonne impression aux familles ou, plus généralement, aux touristes cherchant l’improvisation…
    – Les passionnés d’histoire, d’architecture militaire ou religieuse ne peuvent qu’être satisfaits de leur séjour dans une vallée extrêmement riche en ces matières…. 
    – Les passionnés de géologie ou de biodiversité ne peuvent pas être déçus avec le Chenaillet et la géologie tourmentée du Briançonnais ou le Jardin Alpin du Lautaret et le Parc National des Ecrins…

    OOOOO

  2. Julien Laurent

    4 mai 2016 at 14 h 48 min

    Bonjour à tous,

    La démarche d’attractivité a pour ambition de « nous pousser vers le haut et de fixer un cap à suivre dans la mise en place des actions futures ».
    Avant de répondre à ces ambitions, je me suis naturellement posé la question de savoir si l’office du tourisme n’avait pas simplement un problème de gouvernance ?
    L’office du tourisme et les élus « semblent d’accord » pour changer de mode de gouvernance, j’ai pris donc le soin de répondre à quelques questions qui m’ont été posées par le collectif projet :
    • Peut-on changer la gouvernance de l’office du tourisme ?
    • Si oui comment ?
    • Le régime juridique actuel n’est peut-être plus adapté à ce que nous souhaitons. Quels autres modes existent ?
    • Quelles en sont les avantages ?
    • Y-a-t-il des exemples d’autres endroits ayant fait ce choix?

    Voilà des questions pertinentes qui permettent enfin une réflexion en profondeur sur le fonctionnement de l’Office du Tourisme.
    Première étape incontournable pour définir les fondamentaux de sa mission dans le respect de valeurs collectives, avant même de fixer des objectifs.
    J’engage pour l’instant mes propos, uniquement sur cette première étape (pour répondre précisément à ces questions).

    Avant d’exposer mon point de vue (avec passion), je tenais avant tout à dire que je ne suis pas un expert juridique.
    Il faudra sans doute s’entourer de conseils spécialisés pour connaitre les limites de ce qui peut être mis en place.
    Il s’agit de mes idées et de mon ressenti, avec ce que j’ai pu observer depuis de nombreuses années, idées qui pourront bien évidement être contestées, critiquées, acceptées, annotées,… et qui sont avant tout là pour enrichir le débat.

    Donc, cette première étape doit s’articuler autour de la question : Quel cadre de fonctionnement est le plus opportun pour l’office du tourisme ?

    Il est, à mon avis, incontestable que la forme juridique actuelle EPIC a atteint ses limites, même si elle peut s’entendre comme obligatoire par la législation dans une communauté de communes.
    Je ne reviens pas sur toutes les décisions (ou non décisions !) incomprises et incompréhensibles dont nous a régalé l’office ces dernières années. Il suffit juste de mesurer la critique d’un bon nombre de socio-pro.
    Je serai constructif, pragmatique et logique : la vraie question est pourquoi ? Pourquoi le fonctionnement de l’Office du tourisme a atteint ses limites ?…
    Je vais tenter d’établir une liste non-exhaustive des raisons de ces échecs pour tenter d’apporter mes réponses.

    … Un manque de communication interne dans la vallée et une défaillance dans le suivi d’informations réciproques avec l’ensemble des acteurs économiques ?
    Solution : de la COHESION
    Je crois sincèrement qu’il faut une prise en compte de chaque acteur, de chaque socio professionnel avec une réelle considération, pour renouer le dialogue en toute sincérité.
    Un gros travail pour que tout le monde obtienne des infos simples concrètes et objectives sur les actions menées.
    En fait, il faut un responsable chargé de la cohésion de tous les acteurs.
    Il faut absolument que tout le monde comprenne clairement le rôle et les missions de l’OT.
    Seule solution pour que l’office retrouve de la crédibilité aux yeux de tous les socio-pro et que chacun se sente impliqué et intégré.
    Une fois la communication interne rétablie, cela permettrait à chacun de retrouver confiance en l’office.
    Cette démarche a pour avantage également de permettre à tous les socio-pro de comprendre et de s’engager à respecter la charte déontologique de l’image et de l’information souhaitée pour la station.
    Cette charte qui doit justement exprimer cette même valeur de cohésion pour notre vallée.

    … Est-ce qu’un comité de direction composé majoritairement d’élus, assistés par un directeur nommé par eux, peut amener une information impartiale et objective ?
    Des concomitances existent forcément ne privilégiant certainement pas l’intérêt général. A ce stade, le dialogue est rompu avec les socio-pro et particulièrement à Serre Chevalier ou l’on sait le nombre d’intervenants politiques compte tenu de la pluri communalité. … cette situation n’a fait que s’empirer ces dernières années.
    Solution : de la TRANSPARENCE
    Pour qu’il y ait transparence, le directeur doit être libre de prendre des décisions dans le respect de sa mission bien sûr, mais aussi sans influence, et encore moins sous influence néfaste.
    Donc en premier lieu je pense qu’il faudrait remplacer le Comité de direction par un Conseil d’Administration avec une représentation de tous les socio-pro.
    Un peu dans l’esprit de la démarche d’attractivité, qui se veut participative et collaborative et qui me laisse espérer qu’un changement de gouvernance peut effectivement s’engager.
    Il est nécessaire de préciser que les communes, qui abondent économiquement au fonctionnement de l’OT, le font avec les taxes des socio-pro. Il est donc logique que ces contribuables aient un réel droit de décision collectif. Les élus sont élus démocratiquement pour leurs missions de services publiques au sein d’une mairie, et n’ont pas forcément obligation à être majoritaires au sein de la direction de l’office du tourisme, en fonction de la forme juridique de celui-ci (forme associative par exemple).
    Il y a un véritable cas de conscience à avoir sur cette question, car je crois que beaucoup des problèmes de gouvernance actuelle viennent de cette approche philosophique.
    L’Office du Tourisme a une mission exécutive qu’elle doit mener de manière indépendante en dehors de toute prise d’intérêt.
    Les missions d’organisation et de contrôle pourraient donc ne plus relever du droit public (comme pour une forme juridique EPIC), mais elles pourraient être de la responsabilité du Conseil d’administration qui prendrait les décisions structurelles de l’OT.
    Le conseil d’administration (de type associatif) en collaboration avec les élus, mettrait en place un cahier des charges, et déciderait du choix d’un leader (plutôt qu’un directeur), pour mener à bien les activités de l’OT (accueil, information, promotion, coordination et interventions des partenaires locaux,…).Celui-ci étant sélectionner sur sa vision des politiques à mettre en place pour respecter les objectifs. Et ce toujours dans le respect de la transparence et de la cohésion, maitres mots de la charte qui devrait tous nous guider.

    … Les limites auxquelles nous nous heurtons ne sont-elles tout simplement pas celles que nous avons mises en place en n’osant pas nous entourer de personnes compétentes et indépendantes du pouvoir des collectivités ?
    Solution : de la COMPETENCE
    Confier les missions exécutives de leadership a une personne performante, avec une expertise approfondie, un visionnaire, qui nous exposerait ses méthodes, son processus pour atteindre les objectifs du cahier des charges, et dans le respect des valeurs de cohésion et de transparence. J’imagine que c’est ce qui a toujours été pieusement proposé, mais cela a-t ’il toujours été appliqué ?
    Un leader choisi sur son expérience, sa pertinence, ses réussites passées, … pour que Serre Chevalier atteigne l’excellence.
    Un vrai contrat de mission avec des objectifs.
    Nous avons tous des envies et des idéaux pour Serre Chevalier, mais seul un professionnel peut transformer ceux-ci en action et réussite.
    Ce leader étant forcément soutenu par des responsables de secteurs aux compétences professionnelles et identifiées (finance, marketing, communication, évènementiel, commercialisation…..), sans ambivalence sur le « qui fait quoi ? ».

    Bien entendu, je le répète, je ne suis pas un spécialiste juridique.
    Par contre nous pouvons avoir des réflexions par l’exemple, et il serait intéressant de voir comment fonctionnent les OT de stations ayant choisi la forme associative comme :
    Val d’Isère, Val Thorens, la Clusaz, Avoriaz, Vars, Risoul, Valloire, …

    Une fois cette première étape franchie, nous pourrons sans doute avancer, travailler sur l’étude du cahier des charges, définir nos objectifs, établir un mode exécutif… toutes ces questions suivront naturellement puisque nous serons tous acteurs de notre futur.

    Bien cordialement.

    Julien LAURENT

  3. 1 Quelle rêve ou ambition avez-vous pour Serre-Chevalier Briançon?

    -une station 4 saisons jeune et pionnière
    -une station connectée ayant un esprit d’innovation
    Wi-fi gratuit de partout afin d’attirer la clientèle jeune et d’affaire.
    Une station connectée avec ses clients grâce à une banque de données précise afin de promouvoir nos activités en temps réel pour leur plus grand plaisir via SMS.
    -anticiper les bouleversements dans la commercialisation liés aux nouvelles technologies et Internet.
    -une application Smartphone encore plus efficace mise à jour en temps réel avec un Twitter Facebook etc. perso afin d’envoyer directement de l’appli Serre Chevalier tous les liens photos vidéos parcours météo et animations sur nos propres réseaux sociaux.
    -accentuer l’incitation clik like and share de notre clientèle afin de partager un maximum d’infos sur notre station.
    (les médias sociaux sont de vrais canaux affinitaires et relationnels)
    Cela implique le recrutement d’une pointure en la matière.
    À titre d’exemple:
    En 2011 39,5 millions d’internautes français ce qui représente 73 % de la population française , le tourisme est devenu en Europe le premier secteur sur Internet en audience en influence et en vente.
    -utiliser et promouvoir l’énergie renouvelable pour les nouvelles constructions et réhabiliter les anciennes si possible(la clientèle nordique on est très friande)
    -une réhabilitation réussie des structures vieillissantes L’ORIL.
    Cela n’a pas marché chez nous malgré une explosion en Savoie grâce à ce programme.
    Constat: nous avons perdu 9 % de lit pro entre 2009 et 2014 source comète, 60 % de notre parc locatif et en lit froid= deux semaines d’occupation par an .
    La tendance des autres stations est égale à une perte de 0,7 %.
    -création de lits chauds hautes gammes.
    -devenir une référence en France et en Europe les années avec ou sans neige.
    -passer d’un positionnement subit à
    un positionnement souhaité,peut être par une communication interne et surtout externe vers les pays étrangers .il est également possible de trouver des partenaires chez les marques en voie de développement ce qui allégerait le financement .
    -création d’un pôle sportif après ski indoor (piscine squash badminton trampoline espace ludique enfants…) le tout au même endroit.
    Et éviter la multiplication de structure identique
    -deux grands événements Par hiver début et fin de saison
    cela permettrait un buzz médiatique (en effet à part il y a de la neige ou pas neige en station en début de saison les médias n’ont rien à se mettre sous la dent)
    -Des animations chaque semaine ludique et innovante pour fidéliser la clientèle(L’animation de qualité et le deuxième motif de recommandation après le domaine skiable)
    -création d’une vraie marque Serre-Chevalier fédératrice est utilisable par tous.
    -une station dotée d’un service de transport efficace et gratuit CF : Tignes quatre villages il y a 20 ans (cela dit ils ne sont pas sur une départementale)
    -une seule commune sur Serre-Chevalier et un coordinateur de station afin de réduire les interlocuteurs.
    -Des acteurs engagés, unis, soudés par une même ambition.
    -création d’une DSP qui gérerait l’office du tourisme et la centrale de réservation afin de la rendre plus performante.
    -création d’un golf 18 trous qui permettra l’arrivée de nouveaux investisseurs et d’allonger les saisons.

    2 quelles sont les valeurs sur lesquelles s’appuyer?

    – ambition/envie
    – qualité / services
    – dynamisme
    – unité
    – personnalisation de la destination

    3 qu’est-ce qui selon vous différencie Serre-Chevalier Briançon des autres destinations?

    Le négatif
    – Notre retard en terme d’investissement et d’infrastructures touristiques ( hors domaine skiable )
    – L’étendue géographique de notre station traversée par une route départementale (qui peut être une force mais sans un vrai système de transport performant est une faiblesse)
    – le nombre de maires pour un seul domaine skiable

    Le positif
    -un grand domaine skiable.
    -une forêt de mélèzes permettant un ski hors pistes exceptionnel.
    -un patrimoine naturel préservé vendeurs.
    -Briançon patrimoine mondial de l’Unesco.
    -c’est l’une des rares station en France à posséder trois axes routiers (les stations de Tarentaise n’en n’ont qu’un )
    nous sommes également à 1h30 de l’aéroport de Turin est à 40 minutes du TGV d’Oulx.
    -le climat (c’est à double tranchant)
    -une source d’eau chaude naturelle les grands bains.
    -un casino
    -la plus grande biodiversité d’europe notamment les plantes comestibles.

    5 quel enrichissement la clientèle touristique peut-elle attendre de Serre-Chevalier Briançon?

    -une expérience différenciante.
    -Des instants de vie vécus comme de réels moments d’émotions.
    -un séjour pour tous ou chacun y trouve son compte.
    -une expérience de lâcher prise de la vie quotidienne.

    En bref un séjour sportif et ludique détente et culturel pour tous car chacun est différent.

    Voilà c’est mon rêve pour serre Chevalier Briançon!

    Merci pour cette enquête et votre travail derrière

    Rachel Cabras

  4. 1/ Quel(le) rêve/ambition avez-vous pour Serre Chevalier Vallée Briançon à horizon 2030 ?

    Serre Chevalier Vallée doit devenir une station unique en son genre en profitant de sa diversité dans toutes les catégories : architecturale, paysagère (d’une ville on peut passer à une forêt de mélèzes comme à des alpages vierges ou à des hauts sommets caillouteux voire glaciaires) , urbaine (architecture urbaine de Briançon qui contraste avec les vieilles maisons de Chantemerle par exemple). On est l’une des rares stations à pouvoir proposer une aussi grande diversité, profitons en ! Quelle station peut se vanter de posséder une multitude de fortifications datant pour certaines de plusieurs centaines d’années ? Le domaine skiable doit compléter harmonieusement la vallée avec un panel d’activités réparties homogènement dans la vallée et sur les différents secteurs et pour tous les goûts.

    2/ Quelles sont les valeurs sur lesquelles s’appuyer pour réaliser ce(te) rêve/ambition ? (Citez 3 à 6 valeurs)

    – Le mélèze
    – Vauban
    – Histoire riche
    – Localité, professionnalisme et gentillesse du personnel
    – Multitude et diversité des activités

    3/ Qu’est-ce qui, selon vous, différencie Serre Chevalier Vallée Briançon des autres destinations de montagne ?

    Qu’est-ce qui me fait aller, retourner à Serre Che été comme hiver?

    Déjà le cadre. Exceptionnel. Au pied des Ecrins et à deux pas de l’Italie, la vallée jouit d’une situation remarquable, au croisement entre les climats montagnards (lui conférant un enneigement convenable l’hiver) et méditerranéen (très bon ensoleillement). Cependant cette situation au fond de la vallée de la Durance joue des tours à la station (tunnel du Chambon, RN94 chaotique quand on vient du Sud, pourquoi ne pas envisager la mise en 2×2 voies des lignes droites de Mont Dauphin et Saint Crépin ? Dévier La Roche de Rame ou encore Saint Clément sur Durance serait pas mal aussi, tout comme Monêtier).

    Ensuite ce qui me fait aller dans cette station et la diversité de tout : pistes, remontées mécaniques, expositions, versants, paysages, patrimoine, ambiances. Cependant, je pense qu’on doit continuer à diversifier les activités proposées :
    Briançon est actuellement plus sur le côté historique et reconnaissance européenne de la vallée. Pourquoi ne pas encourager l’installation de plus de commerces dans la ville basse, de plus en plus délaissée (bien que des locaux soient vides dans la Grande Gargouille aussi…). Il serait aussi pas mal de mieux relier la Cité Vauban à Saint Catherine (pourquoi pas un funiculaire ? Confortable, débiteux, écolo et économique). Un développement estival du Prorel me parait urgent à mon sens : la télécabine tourne à vide ! Rien qu’un meilleur fléchage depuis la gare intermédiaire et la gare amont des différentes balades accessibles serait un plus et attirerait du monde. Sans parler de la création de pistes de VTT avec un formidable potentiel autour de la TC (mais il y a des litiges avec les Puy j’ai cru comprendre). L’hiver, le domaine de Briançon est très bien (il manque juste des canons à neige jusqu’en bas du TS Rocher Blanc et une passerelle pour éviter les 3 escaliers en bas de la Vauban, dangereux et rebutants); Chantemerle et Villeneuve sont le cœur de la station : ski alpin l’hiver, VTT l’été. Le bike park a été super bien développé, c’est vraiment génial ! Mais à mon sens, la présence de plusieurs piscines est une grave erreur car elles risquent de ne pas faire le plein et de creuser les déficits… De même essayer de mettre l’accent sur les parcours piétons en altitude estivaux (comme hivernaux avec les sentiers raquettes), superbes mais peu fréquentés ! En hiver, Chantemerle est convenable mais Villeneuve est une catastrophe : les remontées urgentes à remplacer sont pour moi la TC Fréjus, le DMC, les TSF Fréjus et Côte Chevalier ainsi que les TKD Barres, Crêtes, Méa et Clot. Un TSD partant de la moitié du TS Fréjus actuel jusqu’au sommet de Côte Chevalier réglerait le soucis de la liaison avec Chantemerle. Ensuite un TSD Méa remontant tout le plateau du TKD Barres jusqu’au sommet de Méa permettrait la desserte des pistes débutantes. Une remontée type TCD8/10 pour remplacer la télécabine de Fréjus et le DMC permettrait de monter et descendre rapidement tout le monde (et développer éventuellement un pôle estival à Fréjus); Monêtier il faudrait transformer en débrayable le TSF Eychauda, changer Yret en mettant un fixe le long des pistes (on aurait encore des pylônes à côté des pistes mais ça serait plus économique et plus efficace de ne pas réutiliser l’actuel tracé). Prévoir le changement du Bachas dans le même temps serait pas mal aussi. Dans le village de Monêtier on trouve les Grands Bains ainsi que beaucoup de patrimoine. Mettre en valeur ce dernier serait un plus pour attirer les touristes. De même que les nombreuses randonnées dans le vallon de Tabuc (splendide) ou vers le Casset.

    Un point à améliorer sur tous les secteurs est l’après-ski, peu présent dans la vallée.

    4/ Quels sont nos atouts à mettre en avant?

    Ils ont été cités dans la question 3 mais je vais les rappeler brièvement (ma réponse à la 3 est longue je sais :)) :
    – Briançon : richesse historique, Parc 1326, domaine skiable atterrissant au cœur de ville (mais pas mis en valeur)
    – Chantemerle : domaine moderne, tout skieur, village sympa où l’on se déplace facilement. Authenticité du village exceptionnelle
    – Villeneuve : station à proprement parler. Diversité de versants, formidable potentiel estival sur Fréjus. Ski de qualité (mais quelle erreur la fermeture du TKD Clot Gauthier !)
    – Monêtier : Les Grands Bains, proximité avec les cols du Lautaret et du Galibier. Patrimoine historique riche.

    5/ Quel enrichissement la clientèle touristique peut-elle attendre de Serre Chevalier Vallée Briançon ?

    Elle peut attendre une expérience unique dans la vallée : qui sorte de l’ordinaire en profitant des nombreux paysages diversifiés, du patrimoine historique de toutes époques, d’une multitude d’activités (neige, vélo, eau, à pied, et j’en passe) et d’une occupation entière des 6 jours de séjour. Serre Chevalier est une station où tout le monde peut se retrouver, le skieur débutant comme l’expert, le marcheur débutant comme l’expert il faut diversifier l’offre et l’enrichir de nouvelles activités, afin de que notre station se distingue des autres !

    Toutes ces idées ne prennent pas en compte l’argument financier puisque notre vallée n’est malheureusement pas aidée (tunnel du Chambon, accès chaotique, remontées d’un autre âge sur certains secteurs) malgré la présence de la Compagnie Des Alpes…

    J’espère avoir pu aider et répondre aux question 😉

    • Très très belle analyse. Le point soulevé sur le retour ski à Briançon est effectivement bien vu. Ces escaliers sont une catastrophe. Il devrait y a voir un moyen de faire une passerelle skiable au dessus de la route puis du parking. On a envoyé des hommes sur la lune, pouvoir supprimer ce point noir des escaliers ne devrait pas être plus compliqué.

  5. Philippe Rivolet

    1 mai 2016 at 14 h 25 min

    Que Serre Chevalier soit reconnue à la hauteur de son offre. Beaucoup (en hiver) parlent de la montagne en excluant les hautes alpes. Les communications sont sur les Pyrénées, le massif central et quand il s’agit des alpes c’est Savoie et Haute Savoie.
    Maintenant il faut être volontaire pour venir à Serre Che ! En venant de Lyon, contourner Grenoble pas toujours simple et rapide, aller se coincer sur Vizille et ses bouchons puis prendre le tunnel quand celui-ci n’est pas effondré. Bref cela se mérite !
    Arrivé en station il reste à trouver le village dans lequel la réservation de logement a été faite. Je rejoins un autre rédacteur qui exprimait la difficulté à identifier les différents villages et hameaux constituants la station. Quand vous arrivez par le Lautaret vous arrivez à … Serre Chevalier 1500 c’est ensuite que vous descendez dans la vallée. Bref le contraire d’une majorité de stations étages. La première fois a été déroutante.

    Maintenant il faudrait parler d’unité de domaine. Celui-ci est aussi disparate que le sont ses villages. Quand on embarque à Chantemerle dans les remontées modernes et bien entretenues on se dit arrivé dans une station contemporaine. Ce sentiment perdure si on bascule vers Briançon avec ses remontées comparables (depuis peu avec la Croix de la Nore). Remonter vers Monètier vous faits remonter également dans le temps. Est-ce une volonté muséologique de montrer aux clients l’histoire des remontées mécaniques ? J’en doute. A l’heure des stations autrichienne dernier cris avec les 6 ou 8 places débrayables et chauffées Cibouit, Yret, Eychauda et les autres font grise mine et pitié. Encore un petit effort et on verra débarquer les mulets remontes pentes depuis Oukaimeden !
    Ce manque d’harmonie est criant et dessert la station qui possède un réel potentiel. Les offres de skis sont variées et peuvent répondre aux membres d’une famille avec un niveau de ski hétérogène. Il y en a pour tous les goûts.

    Serre che semble frileuse également pour communiquer avec les outils que ses concurrents utilisent à profusion. Sur un domaine très vaste (un temps le cinquième de France) on dénombre 1 webcam à 1350 pour le domaine nordique. Pour le domaine alpin on en trouve 3. La première se situe au sommet de la Cuc et la seconde sur le plateau de Ratier. La dernière n’est même pas une webcam de la station : c’est celle du café soleil soit un exploitant privé (merci Serge !). Les clients qui désirent se rendre sur le domaine et réservent à la dernière minute aiment à comparer avec d’autre stations et l’envie aux vues des cams est d’aller ailleurs. La neige de Serre Che n’est pas télégénique ? 13 cams dans la station de Gourette qui est 8 fois plus petite ! Chercher l’erreur ! Il se fait plein de choses sur le domaine et il faut être fidèle et initié pour les connaitre ou les trouver. Ceux comme moi qui écrivent dans ce forum peuvent être considérés comme une clientèle captive car ils reviennent régulièrement. Comment séduire avec des outils vieillots voir obsolètes pour certaines remontées. ? Comment séduire sans s’afficher avec ses plus beaux atours ? Avoir un ancien champion de ski et automobile comme ambassadeur ne suffira pas à faire venir les foules (désolé Lucho). Quant à Pierre, son image de champion olympique n’apparait que quand vous êtes sur place. Rappelez-vous le slogan de l’époque : « Serre Chevalier, la station de Luc Alphand ». Moi en tant que futur client cela me laisse froid ! Il y a d’autres stations qui ont vu naitre des champions ! Dans les Pyrénées, la famille Delerue n’est pas ridicule en termes de palmarès et de globes et pour autant Saint Lary ne s’en gonfle pas le torse.
    Je rêve d’une station qui semble moins opaque. Ce manque de transparence laisse à penser qu’il y a quelque chose à cacher. C’est une image négative qui rend service aux concurrents. On a l’impression que Serre Che n’a pas su progresser aussi vite que ses voisines du 73 et du 74 dans les alpes. C’est peut-être pour cela que les journalistes préfèrent prendre l’autoroute qui va les déposer au presque pied des stations de Tarentaise ou de Maurienne …

    Il faut réagir et cette enquête d’opinion est la première étape, ne pas rester focalisée sur son nombril et regarder ce qui marche ailleurs pour l’adapter à cette station qui ne demande qu’à progresser.
    Courage on y est presque !

  6. Les plus grands défis auxquels la station va devoir faire face sont la maîtrise du foncier et de la qualité des constructions immobilières.
    La station à la différence de toute autre station en France (hormis Chamonix qui ne doit pas servir d’exemple, loin de là) est bâtie en fond de vallée. Il faut à tout prix maîtriser les constructions. Déjà la jonction entre Briançon et St Chaffrey est quasi faite au niveau du carrefour du Téléphérique. Au rythme actuel, une urbanisation continue de Briançon à La Salle ne peut plus être exclue et à terme jusqu’au Monetier. Ce sera la fin d’un développement harmonieux de la vallée, et de son attractivité avec le détournement des vacanciers vers d’autres destinations, où ils se sentiront plus « à la montagne ». C’est un sentiment déjà perçu au niveau des remontées (enquêtes satisfactions) faites par les vacanciers.
    La qualité du bâti est également un enjeu fort alors que nombre d’immeubles affichent désormais une quarantaine d’années. Sans effort, une perception de vétusté détournera les vacanciers vers d’autres cieux. Des campagnes de réhabilitation menée conjointement par les propriétaires, mais impliquant également les collectivités et acteurs locaux sont nécessaires. Un exemple à ne pas suivre: Abandonner le bâti actuel -dans son jus- pour construire « à côté » ou « plus haut ». Cela n’améliorera pas la perception avec un effet repoussoir à terme.

    Les autres enjeux moins difficiles à mettre en oeuvre, car impliquant moins d’acteurs, sont la poursuite de la modernisation des installations encore vétustes de la station: Secteur Fréjus bien connu, mais aussi Monetier (TSD débrayables au col de l’Eychauda, Cibouit, Yret?), la création d’un Golf, la relance de la voie verte avec une démarche moins intrusive sur le terrain et plus concertée, un sentier reliant les communes sur l’Adret permettant une communication en été entre les hameaux et les villages

  7. 1. La vallée de Serre-Chevalier et Briançon se devraient d’être unies pour ne former qu’une seule commune du Lautaret à la cité Vauban, à minima une fusion de Monetier, Villeneuve et St-Chaffrey. La vallée y gagnerait en cohérence tant d’un point de vue communication que dans le sentiment d’appartenance à un lieu unique et magnifique. Exemple : éviter que chacun bâtisse sa piscine municipale! C’est un des éléments qui pourrait faire encore mieux rayonner, été comme hiver, la vallée. Ce n’est bien entendu pas le seul. Le maintien des transports, principalement la gare de Briançon, une meilleure mise en avant du passage routier via le Fréjus et une circulation apaisée dans la vallée par le maintien d’une non urbanisation entre les villages villages (+ la création de la déviation de Monetier). Alors niveau rêves on peut heureusement en avoir plein : imaginer une liaison par câble 24/24 entre Briançon et Villeneuve dans une première phase, améliorer la liaison ski dans le sens Monetier – Plateau de la Rouge, maintenir et conserver des espaces de ski hors piste et limiter l’urbanisme galopant de la vallée. La création d’un golf pour la saison estivale (voir les succès des golfs de Gap ou Barcelonnette) devrait également être une priorité afin d’obtenir une saison touristique large et variée. L’aspect famille doit être maintenu.

    2. Beauté des paysages, nature (assez) préservée, richesse historique et multiples villages sont les charmes intrinsèques de la vallée. Pour moi les symboles en sont les mélèzes, les cadrans solaires et la citadelle Vauban. Quelle station peut s’enorgueillir d’avoir un tel patrimoine. Pour ceux qui ne viennent pas que pour le ski en hiver c’est une vraie richesse et un complément de l’offre presque unique dans l’arc alpin. C’est de la fierté de ses habitants pour leur vallée que peuvent naitre les plus grands projets dans le respect essentiel de la nature et de l’environnement.

    3. Partiellement répondu dans le point 2. En hiver Serre Chevalier reste à la fois une station de basse altitude (1200/1500 m) tout en permettant d’aller sur des très hauts sommets garanti d’un enneigement excellent. Idem en été avec une vie de village (ici ce n’est Flaine), et une richesse de randonnées et d’activités variées (sauf le patent manque d’un golf).

    4. Mettre en avant ses villages et sa diversité. La qualité du domaine skiable est inégalée dans les Alpes du Sud. Les remontées mécaniques sont désormais efficientes et le ski sous le soleil quoi de mieux?

  8. Bon j’ai pas trop respecté la consigne, mais j’espère que ces axes de réflexion et idées concrètes pourront aider:

    A) Faire venir des clients
    1) Publicité large, digne des domaines skiables Internationaux. Que ce soit en France ou même en Suisse où je vis, il n’est pas rare de voir des affiches (dans le métro par exemple) ou des annonces télé et radio pour les domaines du « Top10 » Français, or ces 5 dernières années je n’ai jamais rien vu sur Serre Chevalier. Si c’est trop cher, associez vous avez les autres domaines des Hautes Alpes et marquetez les Hautes Alpes.
    2) Marketing cohérent. Trouvez une image (à mon avis le « ski au soleil » est la bonne piste, en tous cas climat + qualité du domaine skiable), arrêtez de changer la couleur du logo tous les 2 ans, et diffusez tout ça le plus largement possible (point 1).
    3) Transports (le train depuis Marseille est pitoyable, vétuste, lent, et il pue le gasoil. Il en faudrait un express avec moins d’arrêts en périodes de vacances. Depuis Paris ce n’est pas mieux à ce que je lis dans le Dauphiné Libéré, tous les ans on se retrouver avec un ou deux trains qui arrivent avec 15h de retard. Et par la route… Ne parlons même pas du tunnel effondré. Il faut absolument que les élus locaux fassent pression pour améliorer beaucoup les infrastructures.)
    4) Transports en vallée (navettes gratuites, assez régulières pour être à l’heure et si possible « confortables » ou au moins spacieuses comme SkiBus, il faut vraiment revoir l’aménagement intérieur de ces bus qui sont sûrement très bien pour une ville mais totalement inadaptés à des gens en chaussures de ski avec des skis à la main.)

    B) Assurer un excellent séjour sur les pistes
    1) Continuer les efforts et le savoir faire en matière de lutte face au manque de neige. A Noël 2015 par exemple le travail qui a été fait pour ouvrir certaines pistes malgré une absence quasi totale de chutes de neige était très bon ! Il faut aller encore plus loin. Continuez d’investir dans la neige de culture, les techniques de production de neige même sans basses températures (la Corée et la Chine notamment ont des savoir-faire intéressants à explorer)… Serre Chevalier doit devenir LA référence dans ce domaine.
    2) Ne pas relâcher les efforts sur le remplacement des vieilles remontées mécaniques. Chantemerle est maintenant au top, Briançon est OK depuis le TS Croix de la Nore, il faut maintenant faire ce qui est prévu sur Villeneuve (TSD Méa et Cote Chevalier + le front de neige). Il y a moyen d’optimiser pas mal le secteur Fréjus.
    3) Animations (challenges, chasses au trésor…), musique etc… Pas partout (le domaine ne doit pas être un parc d’attractions) mais aux points de rencontre que sont les deux points barbecue et Serre Ratier).

    C) Assurer un excellent séjour en station
    1) Animations (en front de neige de 16h à 18h, puis 2 gros évènements par semaine et par village vers 19h-20h, plus au moins deux endroits sympa de nuit, bar ou club).
    2) Famille et enfants (poursuivre les très bons efforts faits actuellement dans le cadre du label que vous avez).
    3) Plan de rénovation (incitations fiscales, tous les leviers dont dispose la politique locale pour pousser les propriétaires à rénover et à louer).
    4) Wi-Fi gratuit couvrant toute la station (WiMAX).
    5) TOUS les nouveaux clients sont perdus en arrivant dans la vallée avec les noms de village, et le fait qu’aucun ne s’appelle en fait Serre Chevalier, que Villeneuve s’appelle parfois La Salle les Alpes, etc etc… Simplifiez ça ! J’imagine bien que chacun est attaché à son « identité » comme une moule à son rocher, mais au minimum assurez la cohérence entre le plan des pistes, les noms des arrêts de bus, des panneaux routiers etc. Les codes couleurs étaient un bon début mais ne suffisent pas.

    D) Digitalisation et Fidélisation
    1) Continuer les efforts sur les réseaux sociaux (notamment les photos et vidéos toutes fraîches du jour sur les pistes! Ça donne vraiment envie de venir, c’est très bien !). Le site web est à revoir, trop fouillis (trop de rubriques peut être), trop flashy (les trucs qui bougent dans tous les sens) et le côté « en direct » (webcams, photos et vidéo du jour) n’y est pas assez mis en valeur.
    2) Accompagner les hôtels et résidences locales pour améliorer leur image et leur présence sur les sites de réservations (booking.com etc).
    3) Encourager à revenir (bons de réduction de 10% pour un forfait valable pour la même saison ?).
    4) Faire de chaque client satisfait un ambassadeur. Recueillir (sur une base volontaire bien sûr !) les emails des clients de la semaine et faire du feedback/enquête de satisfaction quelque chose de vraiment valorisant et personnalisé (poser des questions sur ce qui s’est passé de particulier pendant la semaine en question, animations, météo…) et à ce moment là proposer aux satisfaits de revenir avec des amis ou de la famille, là encore pourquoi pas avec un bon de réduction ou un programme fidélité. Sur ce point et le précédent il y a peut être quelque chose à développer avec Holiski.
    5) Reboucler sur le A en renforçant le bouche à oreilles numérique. Très lié aux précédent point, pourquoi pas recueillir aussi des identifiants Twitter des clients satisfaits et communiquer ensuite avec eux en les incitant à en parler autour d’eux. En les valorisant ils s’associeront volontiers à la station.

    • Admin La Vallée au Sommet

      26 avril 2016 at 8 h 31 min

      Bonjour et merci pour ces idées qui sont totalement pertinentes et bien organisées, nous en prenons note. N’hésitez pas à prendre contact avec nous si vous souhaitez approfondir ces idées avec nous.

  9. Quel(le) rêve/ambition avez-vous pour Serre Chevalier Vallée Briançon à l’horizon 2030 ?
    Une référence française et mondiale parmi toutes les destinations montagne, qui se distingue par :
    – ses sports de montagne : ski, snowboard, vélo, rando, …
    – son patrimoine culturel et architectural
    – son art de vivre et son dynamisme

    Quelles sont les valeurs sur lesquelles s’appuyer pour réaliser ce(te) rêve/ambition ? (Citez 3 à 6 valeurs)
    – Valeurs sportives : dépassement, entraide
    – Sens du service : convivialité, professionnalisme

    Qu’est-ce qui, selon vous, différencie Serre Chevalier Vallée Briançon des autres destinations de montagne ?
    – Activités été/hiver, skieur/non skieur nombreuses, diversifiées et accessibles
    – Domaine skiable & hors pistes immenses, terrains variés
    – Une vallée authentique et unique : paysage, culture, climat, habitants

    Quels sont nos atouts à mettre en avant?
    Idem que précédent.

    Quel enrichissement la clientèle touristique peut-elle attendre de Serre Chevalier Vallée Briançon ?
    Un séjour à Serre Chevalier Briançon doit être vécu comme une expérience unique et complète, où l’on y trouve le meilleur du sport, de la culture, de la détente, de l’ambiance festive et de l’animation.

    • Admin La Vallée au Sommet

      20 avril 2016 at 10 h 54 min

      Merci Anaïs pour cette réponse. Les éléments que vous citez reviennent très fréquemment, on tient presque notre ambition partagée !

  10. Comme le dit l adage pour vivre heureux vivons caché, ce que fait très justement Briançon derrière ses montagnes, un joyau de bonheur, qu il faut garder bien caché et dans son cœur et non en place publique et des convoitises mercantiles.

    • Admin La Vallée au Sommet

      19 avril 2016 at 14 h 12 min

      Merci pour votre commentaire. Nous sommes nous aussi convaincus que nous possédons un joyau et déterminés à le faire briller, tout en préservant son côté unique.

  11. Mon ambition pour Briançon Serre Chevalier Vallée est que la station soit vue dans son ensemble comme la grande station qu’elle est, par sa taille comme par son histoire et ses atouts, qu’elle jouisse d’une reputation à l’internationale.
    Les valeurs sur lesquelles reposerait cette dynamique serait :
    Un accueil chaleureux et professionnel sans faille, basé surement sur une fierté du territoire et une confiance dans ses structures.
    Ce qui est différent chez nous est le climat du sud, l’influence de l’italie, la difficulté d’accès qui parfois donne une impression de mériter d’y arriver, de faire partie des privilegiés.
    Les atouts sont surtout un domaine skiable superbe et très bien entretenu, un climat ensoleillé, la proximité de l’italie et l’interet et la beauté du patrimoine historique, notamment les fortifications de Vauban. Pour l’été, les différentes marches en montagne et les différentes façons de s’éloigner de la ‘civilisation’.
    L’enrichissement viendrait de tous ces éléments combinés, la surprise de la découverte et le repos et la santé que notre climat et notre éloignement favorisent.

    • Admin La Vallée au Sommet

      19 avril 2016 at 11 h 00 min

      Merci pour votre commentaire ! Vous soulevez des points très intéressants et certainement partagés par de nombreuses personnes impliquées localement.

  12. 1. Quel(le) rêve/ambition avez-vous pour Serre Chevalier Vallée Briançon à horizon 2030 ?

    Mon ambition pour Serre Chevalier Briançon est que la destination devienne une référence, qu’elle soit unique et qu’elle soit LA destination montagne française, été comme hiver. Mon ambition c’est aussi de ne plus avoir à envier les autres stations « en vogue ». C’est d’être une station dynamique qui reçoit des évènements de grosse ampleur (coupe du monde de ski, de ski de fond, de biathlon, évènements ski freestyle/freeride, Tour de France, Mondiaux d’escalade, …). Un territoire qui accueille aussi des entreprises et qui favorise notamment le développement des marques de sport (ex : Salomon, Rossignol, Dynastar, Millet, Petzl, … ).

    2. Quelles sont les valeurs sur lesquelles s’appuyer pour réaliser ce(te)
    rêve/ambition ? (Citez 3 à 6 valeurs)

    – Passion
    – Fierté
    – Unité
    – Authenticité
    – Sport
    – Bien être
    Bonus : Professionnalisme

    3. Qu’est-ce qui, selon vous, différencie Serre Chevalier Vallée Briançon des autres destinations de montagne ?

    – La diversité
    – Le potentiel du territoire
    – Une destination construite sur un territoire déjà habité et vivant, avec des locaux présents à l’année et pouvant animer le territoire 12 mois sur 12 = une station qui n’a pas été créée de toutes pièces pour les touristes
    – L’histoire (patrimoine)

    4. Quels sont nos atouts à mettre en avant?

    – Le climat
    – La qualité du domaine skiable
    – Les possibilités en terme d’activités
    – L’histoire (patrimoine)
    – La proximité avec le Piémont et sa richesse (économique, industrielle, gastronomique, culturelle, …)

    5. Quel enrichissement la clientèle touristique peut-elle attendre de Serre Chevalier Vallée Briançon ?

    Une destination surprenante, reposante, pleine d’histoire, dynamique et permettant de « s’éclater » et de se surpasser dans la pratique du sport.

    • Admin La Vallée au Sommet

      19 avril 2016 at 10 h 58 min

      Merci pour votre commentaire Monsieur Géant. Nous prendrons en compte votre avis dans l’élaboration de l’ambition partagée de notre territoire, de nombreux points que vous citez reviennent dans les avis que nous recevons.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2018 La Vallee au Sommet

Theme by Anders NorenUp ↑